Une Session TCC: Compulsions de Vérification (Partie 2)

Continuant notre session avec Claire. Elle a des images en tête dans lesquelles sa maison brûle, suivie de rituels des compulsions de vérification. Dans la partie précédente, partie 1, nous avons essayé de l’aider à voir que l’image dans son esprit est une pensée, pas la réalité. Dans cette partie, nous nous remettons ses pensées « Et si je voulais réellement brûler la maison et c’est pourquoi j’ai ces images en tête. Et si je détestais ma vie et que je voulais tout détruire? » en question.

T: Maintenant, si cela vous convient, réfléchissons à la raison pour laquelle vous pensez allumer la cuisinière ou brancher le cordon électrique dans la prise et le laisser exprès. Vous avez dit que vous pensiez pouvoir le faire parce que vous pourriez inconsciemment vouloir brûler la maison. Pouvez-vous me dire ce que vous vouliez dire par là?

C: Ouais. Parfois, je pense que si je déteste ma vie et que je veux inconsciemment tout détruire?

T: Pouvez-vous m’expliquer cela, s’il vous plaît?

C: Je veux dire … tu sais. Je pense que j’aime ma vie. Sauf quand je suis obsédé… et que tout le monde est fou…, mais si je déteste ça?

T: Vous pensez donc que vous pourriez avoir ces pensées parce que vous détestez inconsciemment votre vie et que vous voulez donc brûler la maison.

C: Oui. Qui sait ce que je ressens vraiment et pense inconsciemment?

T: Je me demande si vous avez des preuves pour croire cette pensée: que vous détestiez votre vie et que vous vouliez brûler la maison?

C: Non, en fait … J’aime ma vie. Mais parfois, quand je suis vraiment fatigué, et que les enfants ne m’écoutent pas, je suis vraiment en colère, vous savez, je me dis « Jennifer … », mon ami sans enfants, « … doit être profitant de sa baignoire en ce moment. Je ne peux même pas prendre une tasse de café en silence.  » Vous  voyez! Je n’aime pas chaque minute de ma vie! Il y a des moments que je déteste dans ma vie. Vous voyez? Et parfois, je me mets en colère contre mon mari et je pense « Peut-être que je n’aurais pas dû me marier avec lui ».

T: Il y a des moments dans votre vie que vous n’aimez pas, oui. Est-ce que cela signifie que tu détestes ta vie?

C: Non, ça ne fait pas vraiment … mais si?

T: Alors, si un de vos amis vous disait ceci: « Claire. J’aime la plupart des choses de ma vie, mais parfois il y a des moments que je n’aime pas. » Pensez-vous que « Oh, elle déteste sa vie ».

C: Non, en fait, je ne le ferais pas. Quand tu le dis comme ça, je suppose qu’il est normal de ne pas aimer tout dans sa vie.

T: Oui, exactement. Pensons à cela. Est-il possible que quelqu’un aime chaque instant de sa vie? Si cela était possible, à quoi ressemblerait-il?

C: Cette personne n’a pas de problème ou c’est un mur. Je veux dire que les gens perdent parfois leur emploi ou même qu’ils aiment… Il y a des choses inévitables dans la vie. Personne ne peut aimer chaque moment de sa vie. Il y aura certainement des moments où l’on n’aime pas.

T: Alors, pourquoi vous attendez-vous à aimer chaque moment de votre vie?

C: Ouais, vous avez raison.

T: Alors, est-ce que tu crois toujours que ne pas aimer certains moments de ta vie équivaut à détester ta vie?

C: Non, pas vraiment.

T: Je me demande si tu as déjà eu une période si difficile que tu as senti que tu détestais ta vie et que tu voulais brûler la maison?

C: Eh bien, je ne me souviens pas vraiment d’un tel moment. Mais peut-être.

T: Voudriez-vous brûler la maison si vous détestiez une période si difficile? Imaginez un tel moment. Vous détestez votre vie à ce moment-là. Voulez-vous, auriez-vous le désir de brûler la maison?

C: Non, je suppose que non, mais si je le ferais?

T: Très bien. Donc, si vous aviez un moment si difficile et que vous vouliez brûler la maison, est-ce que, juste avant de quitter la maison, allez à la cuisine et allumez l’un des boutons du brûleur sur la cuisinière, brûlez la maison?

C: Non! Bien sûr que non! Pourquoi je ferais une telle chose! C’est ce que j’ai peur de tout le long! C’est la raison pour laquelle je suis là!

T: Si oui, combien croyez-vous maintenant que vous allumiez le bouton du brûleur sur la cuisinière avant de quitter la maison, ou branchez un cordon électrique dans la prise et le laisser là parce que vous voulez réellement brûler la maison?

C: Je n’y crois pas beaucoup, vraiment.

T: et s’il y a du feu un jour dans votre maison, quelle est la possibilité que vous ayez commencé à tourner le bouton du brûleur sur la cuisinière avant de quitter la maison ou branché un cordon électrique dans la prise et laissé là volontairement?

C: C’est zéro, je suppose.

T: Quelles pourraient être les autres raisons qui ont déclenché le feu?

C: Je ne sais pas. Si vous laissez la nourriture sur la cuisinière et que vous l’oubliez, cela pourrait provoquer un incendie. Si vous laissez une bougie près d’un rideau, cela pourrait provoquer un incendie. J’ai également entendu dire qu’un incendie pouvait survenir à partir de câbles usés d’équipements
électriques.

T: Donc, il y a beaucoup de raisons pour lesquelles un incendie pourrait commencer, et aucune n’est …

C: … moi qui brûle volontairement la maison. Je vois.

T: Combien croyez-vous maintenant que vous avez ces milliers parce que vous voulez brûler la maison?

C: Je n’y crois pas.

T: Très bien. Alors, quelle pourrait être la raison de ces pensées? Qu’est-ce que tu penses?

C: Je ne sais pas vraiment. Je ne sais pas ce qui ne va pas chez moi …

T: Vous rappelez-vous que nous avons parlé de pourquoi certaines personnes ont des obsessions auparavant?

C: Oui, oui. Vous m’avez dit que la plupart des gens ont de telles pensées, mais certaines personnes accordent trop d’importance à la pensée et la pensée devient une obsession (pour plus d’informations, reportez-vous à la référence: Clark, 2005).

T: Exactement, Claire. Bien qu’il y ait beaucoup de gens qui ont ce genre de pensées, ils ne pensent pas que ces pensées sont importantes et la pensée s’en va. Donc, si une personne va à la cuisine et vérifie le poêle, et voit qu’il est éteint, et s’il a une image en tête qui allume le brûleur, il ne retourne pas à la cuisine parce que …

C: … parce qu’il sait qu’il l’a déjà éteint.

T: Oui et aussi?

C: Il ne doute pas de lui-même. Il ne pense pas « et si »? Il ne s’assoit pas et cherche les raisons pour lesquelles il a cette image. Droite?

T: Exactement, Claire, et est-il possible que vous accordiez autant d’importance à ces pensées parce que vous ne voulez pas que votre maison brûle? Que tu aimes ta maison? Et tu aimes ta vie? même s’il y a des moments que vous détestez.

C: Oh, ça a du sens, oui.

T: Si oui, comment ces rituels de contrôle affectent-ils votre vie, la vie que vous voulez protéger et que vous ne voulez pas détruire?

C: Oh, en fait ils détruisent ma vie! Je t’ai dit que j’avais passé la moitié de ma vie à vérifier des choses.

T: Donc, dans cette situation, où vous ne détestez pas à 100% votre vie, et où il est impossible que vous brûliez votre maison délibérément, et qu’il est très probable que ces pensées soient des obsessions, En fait, vous aimez votre vie et vous voulez la protéger. De plus, croire que l’image dans votre esprit n’aide pas cet objectif, en fait le nuire, que pouvez-vous faire? Comment pouvez-vous agir?

C: Je suppose que je dois accepter que les images (moi en tournant le bouton du brûleur sur la cuisinière ou en branchant un cordon électrique et en partant) et les pensées (que je puisse brûler la maison parce que je déteste ma vie inconsciemment) ) Dans mon esprit sont en fait des obsessions. Il n’y a aucune raison pour que je vérifie les choses encore et encore, alors si je peux arrêter de vérifier les choses, j’agirai beaucoup plus en accord avec mon objectif, qui est de protéger ma vie.

T: Oui, Claire. Vous l’avez résumé parfaitement. Je suis heureux que nous ayons eu cette session aujourd’hui. Peut-être que lors de la prochaine session, nous pourrons vous dire comment nous pouvons vous aider à arrêter vos rituels de vérification.

C: Oui, ce serait génial. Je vous remercie.

 

Alors, c’est tout pour aujourd’hui.

J’aimerais entendre vos pensées et vos idées! S’il vous plaît partagez-les avec moi ci-dessous dans la section des commentaires, ou envoyez-moi un message.

Ecrivez-vous bientôt,

Aysegul.

Les références

Clark, D. (2005). Intrusive Thoughts in Clinical Disorders: Theory, Research, and Treatment. The Guilford Press, New York.

 

Share this post with your friends:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *